Le PTB-go! demande le recompte des voix à Charleroi

« Nous sommes devenus la 4e force politique de la circonscription de Charleroi. Avec autant de voix, il nous semble étonnant de ne pas avoir l’élu », explique Germain Mugemangango, président du PTB Hainaut. Il manque en effet 14 voix pour obtenir 2 élus supplémentaires à la Région wallonne.

Avec 5,2 %, Marco Van Hees a été élu député fédéral dans la province du Hainaut. « Même si les résultats sont arrivés très tardivement – à 4 heures du matin dans la nuit de dimanche à lundi –, nous avons atteint notre objectif, et nous en sommes très fiers. » Le PTB devient ainsi la 5e force politique de la province, avec même 5,85 % des voix dans la province au niveau du scrutin régional.

Au niveau de la circonscription de Charleroi, le PTB devient même la 4e force politique, en atteingnant… 7,32721 % des voix. Et c’est ici que se situe le nœud. « Il faut 7,33 % des voix pour obtenir un ou deux élus par le mécanisme de l’apparentement. Il nous manque donc 14 voix pour l’atteindre », continue Germain Mugemangango.

Environ 21.000 voix ont été considérées comme non valables. Si parmi celles-ci, 14 bulletins pouvaient être finalement considérés comme valables, alors le PTB-go! pourrait obtenir un siège supplémentaire au Parlement wallon depuis la circonscription de Charleroi, et même probablement un deuxième grâce au même mécanisme, depuis la circonscription de Soignies, où Antoine Hermant était tête de liste.

« Nous sommes en plein dans la procédure, et cela n’est pas simple. Nous avons des difficultés pour comprendre comment cela fonctionne et on ne nous donne pas beaucoup d’information, explique Germain Mugemangango. Mais avec 8,81% dans le canton de Charleroi, on se dit que ça vaut quand même la peine de regarder à deux fois si on n’a pas droit à un élu. »

Voir le reportage sur ce sujet au JT de la RTBF le mardi 27 mai.

Voir le reportage sur le sujet au JT de RTL le mercredi 28 mai.